Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Institut Catholique de Toulouse - ICT
  • Version française
  • Version anglaise
  • Version espagnole

Fiche signalétique

  • Crédits ECTS : 3
  • Volume horaire : 11
  • Faculté

    Faculté de Théologie

  • Période d'enseignement : Premier semestre
  • Plage horaire : Journée
  • Date de début des cours : 16/01/2017

Articulation entre la liberté et la morale (L_S2_SS_A)

Syllabus

La morale chrétienne est en crise. La notion de morale renvoie à l’idée d’obligation, de préceptes, d’interdits : ce qui est permis et ce qui est défendu. La morale ainsi conçue donne la sensation de la limitation. Il ne s’agit pas d’un fléchissement sur un point particulier de la morale, ni de la difficulté nouvellement surgie d’observer tel commandement de Dieu, ni de l’attaque des ennemis de l’Église contre son enseignement moral. Il s’agit d’un malaise profond et pernicieux qui est allé jusqu’à la remise en cause des fondements mêmes de la morale chrétienne. L’une des principales critiques élevées contre les idées et la mentalité des générations précédentes est le caractère strictement impératif de la morale. On reproche à cette morale de brimer la liberté humaine par la définition pointilleuse de ce qu’on doit faire et de ce qu’on ne peut pas faire ; on estime qu’elle empêche l’épanouissement de la personnalité par l’obsession du péché, engendrant des scrupules incessants. Où est le lieu du problème ? D’autre part, nos contemporains réclament sans cesse à nos dirigeants et à toutes les personnes qui occupent une responsabilité dans la société une conduite morale acceptable. Cela se traduit par le regard positif qu’ils portent sur divers aspects de la vie humaine : les droits de l’homme, la protection des personnes vulnérables, le respect des principes moraux de la guerre, la lutte pour la justice et la liberté, le respect de l’environnement, les questions de bioéthique. Nous vivons donc une situation de contraste qui se traduit par le rejet de nombreux aspects de la morale alors que son principe même reste revendiqué. Le déficit constaté se présente donc comme un défi que l’être humain est appelé à relever dans une réalité qui oscille entre la morale d’obligation et la morale du bonheur, entre les préceptes et l’art de vivre. Comment justifier en tradition cette oscillation de la morale qui a pris corps dans l’Église ? La morale catholique ne se réduite aucunement pas à un code de prescriptions et d'interdits enseignés par l’Église pour maintenir le peuple de Dieu dans l'obéissance servile, au détriment de la liberté. La morale catholique n'est pas oppressive de nature, ni conservatrice par principe ; elle se veut éducatrice en vue du progrès. Qu'est-ce qui est à l’origine de la crise actuelle de la morale ? L'objectif premier de cette session sera de déceler les causes et l'ampleur réelle du mal afin de proposer des pistes de rénovation.

Contact

Institut Catholique de Toulouse

31 rue de la Fonderie
B.P. 7012
31068 Toulouse Cedex 7

Tél : 05 61 36 81 00

Contact :L'ICT (dircabrectorat @ ict-toulouse.fr)

Trouver une formation