Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Institut Catholique de Toulouse - ICT
  • Version française
  • Version anglaise
  • Version espagnole

Caractéristiques

  • Faculté

    Faculté de Théologie

  • Formation initiale :Non
  • Formation continue :Oui
  • Formation en alternance :Non

Doctorat Canonique en Théologie

Disciplines : Théologie

Présentation

Le troisième et dernier cycle d’études en Faculté de Théologie permet d’obtenir le diplôme de doctorat canonique en théologie.

Après l’admission dans ce cycle, les études doctorales se déroulent en deux étapes : l’habilitation au doctorat (2 ans maximum) et le doctorat proprement dit (3 ans maximum).

L’ADMISSION EN CYCLE DE DOCTORAT

Elle comporte un aspect administratif, sous l’autorité du Doyen, et un aspect d’accompagnement universitaire, sous la responsabilité du directeur du cycle.

1. Au plan administratif, cette admission suppose d’avoir obtenu préalablement la licence canonique en théologie avec au minimum la mention Bien, attestant l’avis positif du jury de soutenance du mémoire de licence canonique quant à la poursuite des études en vue du doctorat.

Elle suppose, d’autre part, l’accord du Doyen de la Faculté, suite à une entrevue avec celui-ci et sur présentation d’un dossier d’études détaillé.

Les clercs et religieux joindront à ce dossier un accord écrit de leur supérieur hiérarchique.

Les étudiants venant de l’étranger y joindront une attestation de ressources. Des demandes d’allègement de frais d’inscription peuvent être présentées au Rectorat de l’Institut Catholique de Toulouse.

Une fois obtenu l’accord du doyen, l’étudiant est invité à s’inscrire auprès du secrétariat de la Faculté pour honorer les formalités administratives.

L’inscription en cycle de doctorat inclut obligatoirement l’inscription et la participation de l’étudiant, en tant que doctorant-chercheur, à une équipe de recherche de l’ICT ou d’une autre université.

2. Pour son accompagnement universitaire, l’étudiant rencontrera, après l’accord du doyen, le directeur du cycle de doctorat afin d’être informé des modalités des études doctorales, conseillé dans ses choix et mis en relation avec son futur directeur de thèse.

Si l’étudiant a déjà fait le choix d’un sujet de thèse, il en présentera les grandes lignes dans un texte de 2 à 5 pages qui sera transmis par le directeur du cycle à l’approbation d’un éventuel directeur de thèse. Celui-ci peut accepter ou refuser le sujet proposé, ou encore demander qu’il soit modifié ou précisé.

Si l’étudiant n’a pas de sujet particulier en vue, ou si le sujet proposé n’a pas trouvé de directeur qui l’accepte, l’étudiant sera mis en relation avec un enseignant spécialisé dans le domaine d’études concerné, qui délimitera le sujet de la thèse en accord avec l’étudiant.

Le sujet de la thèse doit porter sur une question à caractère scientifique et universitaire qui n’a pas encore été traitée, du moins sous l’angle choisi. Une fois enregistré, ce sujet est réservé à l’étudiant jusqu’à l’achèvement de sa thèse, tant dans le cadre de l’Institut Catholique de Toulouse que, autant que possible, des autres institutions universitaires.

Le directeur de thèse doit être titulaire d’un doctorat canonique en théologie et enseignant en activité dans la Faculté de Théologie.

Contrôle des connaissances

L’HABILITATION AU DOCTORAT

Elle comporte une scolarité et une soutenance d’habilitation.

1. La scolarité est donnée sous la forme de sessions de deux types : les sessions d’enseignement et les sessions internes.

a) Les sessions d’enseignement et colloques comportent environ 12 heures de cours et de réflexion en commun réparties sur deux jours. Elles sont données par des enseignants de la Faculté, ou, souvent, par des enseignants invités.

La validation suppose, outre la présence active à l’entièreté de la session, la rédaction d’un très court texte (2 ou 3 pages, soit 6000 signes au maximum) manifestant une appropriation personnelle du contenu de la session.

Le sujet de ce texte est laissé, en accord avec l’enseignant, au choix de l’étudiant : résumé des acquis de la session, réflexion sur un point abordé, résumé d’un article ou d’une partie d’un livre… Ce texte fait l’objet d’une appréciation et d’une note par l’enseignant qui, au cas où il le juge d’un niveau insuffisant, demande à l’étudiant d’en rédiger un nouveau. Si ce deuxième texte est encore jugé insuffisant, la session n’est pas validée.

Trois sessions d’enseignement par an au minimum doivent avoir été validées avant la soutenance d’habilitation. Des équivalences pour des enseignements du niveau d’un cycle de doctorat dans d’autres Facultés peuvent être accordées.

b) Les sessions de méthodologie traitent principalement de questions de méthodologie : choix du sujet de la thèse, délimitation de la problématique, relations avec le directeur de thèse, recherche des sources, organisation du plan, bibliographie, typographie, etc.

Deux sessions de méthodologie au minimum doivent avoir été suivies par l’étudiant avant la soutenance d’habilitation.

2. La soutenance d’habilitation est une épreuve orale d’une heure environ pendant laquelle l’étudiant présente son projet de thèse sous la forme d’un texte dactylographié et relié, de 50 à 100 pages maximum, comportant une introduction avec problématisation, un gros chapitre ou deux petits, un plan et une bibliographie.

L’étudiant est invité à présenter ce texte pendant une vingtaine de minutes, puis à répondre aux questions du jury. Cet examen n’est pas public.

Le jury de l’habilitation comprend trois membres : le directeur de thèse, un autre membre compétent en la matière et le directeur du cycle de doctorat.

La soutenance d’habilitation doit être passée au terme de la première année, ou, à la rigueur, de la deuxième. Elle fait l’objet d’une appréciation écrite et d’une note. Au cas où celle-ci est inférieure à la moyenne, l’étudiant n’est pas autorisé à poursuivre les études de doctorat.

LE CYCLE DE DOCTORAT

Il comporte aussi une scolarité et, après achèvement de la rédaction de la thèse, se conclut par la soutenance.

1. La scolarité suppose la validation de trois sessions d’enseignement au minimum (donc six sur l’ensemble du cycle) et, autant que possible, la participation aux journées de sessions de cycle de doctorat.

À l’occasion de ces sessions et rencontres, mais aussi tout au long de ses études doctorales, le doctorant est invité à entretenir une relation régulière avec le directeur du cycle et, plus encore, avec son directeur de thèse. Un rapport annuel permet à l’un et l’autre d’assurer le suivi du travail accompli.

Un directeur de thèse ayant pris sa retraite, ou qui enseigne désormais dans une autre Faculté, peut continuer à assurer la direction de la thèse qui lui a été confiée antérieurement.

2. La soutenance de thèse de doctorat doit avoir lieu dans un délai de trois années au maximum après l’habilitation, soit cinq années au maximum après l’admission en cycle de doctorat.

Au-delà de ce délai, une dérogation d’une année supplémentaire, dûment motivée et exceptionnellement renouvelable une fois, peut être accordée par le Doyen, sur rapport du directeur de thèse et après consultation du directeur du cycle.

La soutenance de thèse requiert trois étapes préalables :

  • Le doctorant ayant remis au directeur de thèse, avec son accord, un exemplaire définitif de son travail, celui-ci rédige un rapport détaillé qui fait l’objet d’un premier vote du Conseil de Faculté, approuvant ou non l’éventualité de la soutenance.
  • Si ce premier rapport est approuvé, le Conseil de Faculté fait le choix d’un second lecteur à qui est adressé un exemplaire de la thèse. Celui-ci rédige un second rapport qui fait l’objet d’un second vote confirmant ou non l’avis du premier.
  • Si le second rapport est approuvé, le Conseil autorise la soutenance et choisit les autres membres du jury, que le directeur de cycle sollicite et avec lesquels il organise la soutenance. Celle-ci doit avoir lieu dans les trois mois suivant l’autorisation de soutenance.

Le jury est habituellement composé de 5 membres : le Doyen ou son représentant, qui préside ordinairement la soutenance, le directeur de thèse, le second lecteur et deux autres membres.

Les membres du jury doivent être, au moins majoritairement, titulaires du doctorat canonique en théologie. Tous doivent être titulaires d’un diplôme universitaire équivalent ou d’une compétence officiellement reconnue. Par ailleurs, le jury doit être majoritairement composé d’enseignants en exercice.

Le volume de la thèse ne doit pas être compris entre 300 et 500 pages de 2 000 signes chacune. La présentation du travail (format, composition, normes des références et des citations) est celle qui est habituellement reçue dans les universités françaises.

Outre l’exemplaire remis à chaque membre du jury, le candidat remettra deux exemplaires de sa thèse au secrétariat de la Faculté, l’une pour les archives, l’autre pour la bibliothèque de l’Institut Catholique de Toulouse.

La thèse est en principe rédigée et soutenue en français. Toute demande de dérogation à ce sujet devra être présentée au Conseil de Faculté.

La soutenance est publique, et doit être préalablement annoncée par affichage au sein de la Faculté. Le candidat est invité à en faire lui-même l’annonce auprès de ses connaissances et des instances extérieures.

Au début de la soutenance, le candidat fait oralement, en une demi-heure maximum, la présentation des résultats de sa recherche, puis chaque membre du jury formule ses appréciations et ses questions avant de délibérer.

Au terme de cette délibération, qui est secrète, le président donne publiquement lecture du rapport écrit rédigé par le jury et annonce, le cas échéant, la mention obtenue par le doctorant.

L’obtention du diplôme suppose la publication, postérieure à la soutenance et tenant compte des amendements éventuels demandés par le jury, de la thèse ou d’une partie de celle-ci (60 pages minimum) dans une collection ou une revue à caractère scientifique.

Condition d'accès

Les étudiants inscrits à la Faculté peuvent l’être à plusieurs titres :

  • soit comme étudiant ordinaire à temps pleins’engageant à suivre le parcours intégral des enseignements prévus et répartis selon le protocole de Bologne :
  • sur trois ans pour le baccalauréat canonique (cycle A),
  • sur deux ans (après le baccalauréat canonique) pour la licence canonique
  • sur trois ans (après la licence canonique) pour le doctorat canonique.
  • soit comme étudiant ordinaire à temps partiel s’engageant à suivre, ou bien le parcours intégral selon un rythme différent (cycles B et C), ou bien certains cours seulement.
  • soit comme auditeur libre.

N.B. : Les étudiants étrangers devront justifier d’un niveau suffisant en langue française.

Droits de scolarité

Peuvent être admis à s’inscrire en doctorat les étudiants titulaires d’une licence canonique en théologie avec mention Bien ou Très Bien, délivrée par une Faculté de théologie catholique.

La première démarche du candidat consiste à rencontrer le Doyen de la Faculté. Puis, l’admission se fait après une entrevue avec le directeur du cycle de doctorat à qui le candidat remet son mémoire de licence canonique et un relevé de ses études.

VAE

Non

Contact

Institut Catholique de Toulouse

31 rue de la Fonderie
B.P. 7012
31068 Toulouse Cedex 7

Tél : 05 61 36 81 00

Contact :L'ICT (dircabrectorat @ ict-toulouse.fr)

Trouver une formation